La betterave comme mordant végétal

Un biomordant pour une teinture écologique 100 % végétale sans alun

En teinture végétale, le mordançage est une étape, bien souvent décisive. Vous cherchez une alternative à l’alun pour mordancer vos laines ? Vous êtes intéressée par une teinture écologique entièrement végétale ? La betterave pourrait alors vous plaire.

Certains l’ont vite écartée de leur panel de plantes tinctoriales. Et pour cause, les colorants des betteraves sont des colorants de la famille des bétaïnes, des colorants vifs et pétants qui disparaissent au premier lavage.

Dans une bassine en fer, des feuilles de betterave trempent dans de l'eau après avoir été découpées. Il s'agit de faire une décoction pour mordancer en teinture végétale sur laine ou soie.

Ce n’est pas tant les colorants de la plante qui m’intéressent mais sa richesse en acide oxalique. La teneur en acide oxalique est particulièrement importante dans les feuilles, au même titre que celles de rhubarbe ou de rumex.


L’acide oxalique va jouer le rôle de mordant avec toutes les fibres animales, laine ou soie. Il y a une sorte d’affinité chimique entre l’acide oxalique et les protéines animales des fibres. D’ailleurs, comme le démontrent certaines études, c’est peut-être une des raisons qui explique que les personnes ayant un régime très riches en protéines animales sont plus sujets aux calculs rénaux.

Revenons en à la teinture végétale. Mes expériences avec les feuilles de betterave montrent qu’elles peuvent être utilisées comme mordant naturel, bio-mordant pour teindre la laine et la soie. Un mordant végétal, issu de déchets végétaux locaux, que demander de plus ?

Les principes du mordançage à la betterave

Quelles fibres à teindre :
Les feuilles de betterave font office de mordant uniquement sur les fibres animales, laine ou soie.

Où trouver des feuilles de betterave:
Si vous aimez les betteraves et que vous les cultivez au potager, vous avez là une bonne occasion de recycler les fanes pour faire de la couleur.
Sinon, n’hésitez pas à solliciter votre producteur bio au marché pour demander à récupérer les fanes de betterave qui finissent généralement au compost.

La récolte :
Vous pouvez récolter les betteraves tout au long de l’été, ou encore mieux à la fin d’été. Utilisées fraîches, immédiatement après la récolte les fanes de betteraves offrent des nuances plus soutenues. Toutefois, si vous n’avez pas possibilité de faire une décoction dans l’immédiat, vous pouvez les faire sécher. Les résultats restent intéressants.

Partie utilisée :
Partie aérienne : feuilles et tiges.

Quantité :
Feuilles et tiges fraîches : 200 % du poids de fibre à teindre.
Feuilles et tiges sèches : 100 % du poids de fibre à teindre.

La recette du mordançage à la betterave

Première étape : La fabrication de l’extrait de feuilles de betterave

  1. Peser à sec vos fibres à teindre.
  2. Peser l’équivalent en feuilles :
  • un poids équivalent en cas de feuilles sèches, ou
  • le double du poids en cas de feuilles fraîches.
  1. Découper menue les fanes de betterave à l’aide d’une épinette ou d’une paire de ciseaux. Les mettre dans le faitout et recouvrir d’eau, si possible d’eau de pluie.
  1. Faire chauffer dans un endroit ventilé. Monter progressivement en température jusqu’au petit bouillon.
  2. Remuer régulièrement. Ajouter de l’eau si nécessaire en cours de cuisson afin que le végétal reste immergé.
  3. Maintenir à petit bouillon pendant 45 minutes au moins et jusqu’à 1H30.
  4. Couper le feu. Laisser tiédir.
  5. Une fois tiède, filtrer votre jus dans l’étamine posée dans une passoire. Vous pouvez composter le reste du végétal cuit.
  6. Réserver votre jus.

Vous pouvez l’utiliser immédiatement pour le bain de mordant. Vous pouvez également le stocker quelques jours dans un contenant bien hermétique, type bouteille ou pot alimentaire.

Si vous avez travaillé avec des feuilles fraîches, vous obtiendrez un jus bien rose vif. Une couleur que l’on doit aux bétalaïnes. Ce sont des colorants :

  • que l’on retrouve dans la plupart des familles de plantes appartenant à l’ordre des caryophyllales.
  • très vifs mais fragiles. Leur intérêt est donc très limité pour la teinture végétale.

En revanche, ils sont particulièrement appréciés comme colorant alimentaire.

Seconde étape : Mordancer avec l’extrait de feuilles de betterave

  1. Verser votre jus de betterave dans une marmite suffisamment grande pour déployer convenablement vos fibres à teindre.
  2. Rallonger d’eau, si possible avec de l’eau de pluie, jusqu’à obtenir le ratio environ de pour 1/20, soit 20 litres pour 1 kg de fibres à teindre.
  3. Plonger vos fibres préalablement mouillées et essorées. Bien les déployer dans le bain de mordant.
  4. Chauffer et monter progressivement en température jusqu’au petit bouillon.
  5. Remuer régulièrement et doucement. Ajouter en cours de cuisson de l’eau chaude si nécessaire afin que les fibres restent bien immergées.
  6. Laisser à petit bouillon entre un quart d’heure et une heure. Plus la quantité de fibres à teindre est importante, plus est long le temps de cuisson à petit bouillon.
  7. Couper le feu et laisser refroidir.
  8. Sortir les fibres du bain et les essorer.

Si votre projet de teinture est bien abouti, vous pouvez alors enchaîner par un bain de teinture avec la plante de votre choix. Sinon, laissez sécher vos fibres mordancées aux feuilles de betterave et les ranger soigneusement pour un projet de teinture ultérieur.

Les fibres cuites dans le jus de feuilles fraîches auront une jolie couleur rosée, et un jaunâtre pour celles travaillées avec des feuilles sèches. Les plantes à mordant ajoutent ainsi des nuances subtiles aux couleurs végétales.

Tous mes échantillons ont été lavés avec une lessive écologique sans savon. Les nuances n’ont pas bougées.
Je ne suis pas scientifique, ni chimiste mais, par mon expérience, je peux dire de manière empirique que les feuilles de betterave, considérées comme déchet, peuvent être utilement valorisées pour faire de la couleur.

Soie mordancée à la betterave et teinte avec différentes plantes : rhubarbe, curcuma, orcanette, campêche, romarin, acacia, cochenille, garance indienne et cochenille (de haut en bas)

Partager

Teinture Sauvage